Dernières parutions

Le référendum fête ses 50 ans

Le référendum a cinquante ans cette année (1974-2024). Cinquante ans, ça se fête, mais qui s’attend à des célébrations ? Que reste-t-il aujourd’hui de cette stratégie autrefois innovante? Toujours au programme du PQ, jamais révisée sérieusement, ratée par deux fois, aucun événement n’a autant divisé le Québec que les référendums de 1980 et de 1995.

Lire la suite...

Forum des partisans de la lutte contre les pratiques contemporaines du néocolonialisme – Pour une participation d’acteurs non gouvernementaux du Canada français

La sous-estimation des appuis internationaux que doit se donner un peuple pour se libérer vient d’une doctrine politique qui occulte le recours constant à la force et à la duperie des Anglo-saxons dans l’aménagement de leurs rapports avec les Canadiens-Français et les Acadiens. Chez René Lévesque et ses successeurs, on a la conviction que la relation entre les Canadiens-Français (pour lui, les Québécois) et le Canada anglais est un litige entre partenaires. Les ambitions souverainistes sont de stricte politique intérieure, l’inégalité entre les « partenaires » est du reste rarement soulignée. 

Lire la suite...

Johnson et la tentative de refonte constitutionnelle en 1968

En 1968, Johnson incarnait la tradition constitutionnelle canadienne-française dans son expression la plus achevée. Se succèdent cinquante-six ans d’un affaiblissement que rien ne laissait présager. Dans les pages qui suivent, je vais tenter par un retour sur certains événements clés de rendre plus claires les causes mal comprises du déclin national. Je finirai en me demandant avec vous s’il est encore possible de faire quelque chose pour remonter la pente.

Lire la suite...

Le référendum fête ses 50 ans

Le référendum a cinquante ans cette année (1974-2024). Cinquante ans, ça se fête, mais qui s’attend à des célébrations ? Que reste-t-il aujourd’hui de cette stratégie autrefois innovante? Toujours au programme du PQ, jamais révisée sérieusement, ratée par deux fois, aucun événement n’a autant divisé le Québec que les référendums de 1980 et de 1995.

Lire la suite...

Forum des partisans de la lutte contre les pratiques contemporaines du néocolonialisme – Pour une participation d’acteurs non gouvernementaux du Canada français

La sous-estimation des appuis internationaux que doit se donner un peuple pour se libérer vient d’une doctrine politique qui occulte le recours constant à la force et à la duperie des Anglo-saxons dans l’aménagement de leurs rapports avec les Canadiens-Français et les Acadiens. Chez René Lévesque et ses successeurs, on a la conviction que la relation entre les Canadiens-Français (pour lui, les Québécois) et le Canada anglais est un litige entre partenaires. Les ambitions souverainistes sont de stricte politique intérieure, l’inégalité entre les « partenaires » est du reste rarement soulignée. 

Lire la suite...

Johnson et la tentative de refonte constitutionnelle en 1968

En 1968, Johnson incarnait la tradition constitutionnelle canadienne-française dans son expression la plus achevée. Se succèdent cinquante-six ans d’un affaiblissement que rien ne laissait présager. Dans les pages qui suivent, je vais tenter par un retour sur certains événements clés de rendre plus claires les causes mal comprises du déclin national. Je finirai en me demandant avec vous s’il est encore possible de faire quelque chose pour remonter la pente.

Lire la suite...

Liste de lecture

Titre

L’âme des peuples, origine des institutions (Gustave Le Bon)

Résumé

Annonce

Le site est en phase de pré-lancement. Pour contribuer à notre œuvre vous pouvez communiquer avec nous à info@canadiens-francais.com

Dim, 21 Avr 2024 22:40:59 -0400
Éphémérides du 21 avril
  • Aujourd’hui en 1073 - Décès du pape Alexandre II, Anselme de Lucques élu par le Sacré Collège en 1061, conformément au décret du feu pape Nicolas II. Une notification avait été adressée à la cour de l'Empereur, qui l’avait ignorée. Furieux, les Romains, dépossédés de leur ancien droit d'élection, portèrent leurs griefs devant l'impératrice Agnès, régente pour son jeune fils Henri IV. Elle convoqua une assemblée à Bâle qui, en l'absence de tout cardinal, élut un autre pape, qui prit le nom d'Honorius II.
  • Aujourd’hui en 1699 - Décès à l’âge de 59 ans du poète et dramaturge Jean Racine. Né en 1639, il est considéré, à l'égal de son aîné Pierre Corneille, comme l'un des deux plus grands dramaturges classiques français. Le succès de sa pièce Andromaque lui a assuré la célébrité. Ont suivi entre autres Britannicus, Bérénice, Mithridate, Iphigénie en Aulide et Phèdre. Il est aussi l'auteur d'une comédie, Les Plaideurs. Il était membre de l'Académie française.
  • Aujourd’hui en 1806 - Première femme blanche à vivre dans l'Ouest canadien, Marie-Anne Gaboury épouse le voyageur Jean-Baptiste Lagimodière et quitte Maskinongé pour l’accompagner dans l’Ouest. Après avoir voyagé d'un bout à l'autre des Prairies, ils s’établiront définitivement dans la colonie de la Rivière-Rouge. Son premier enfant né le 6 janvier 1807, une petite fille nommée Reine, ne pourra être alors baptisé puisqu'aucun prêtre n'aura encore mis les pieds dans cette partie du pays. Marie-Anne sera la grand-mère maternelle de Louis Riel. (Reine Lagimodière)
  • Aujourd’hui en 1910 - Décès à l’âge de 74 ans du journaliste, romancier et humoriste américain Mark Twain. Né en 1835, il a grandi dans un village au bord du Mississippi qui lui a inspiré deux de ses œuvres majeures: Les Aventures de Tom Sawyer et Les Aventures de Huckleberry Finn. C’est à lui que Montréal doit d’être décrite comme « la Ville au cent clochers ». En effet, lors d’un séjour à Montréal en 1888, il avait déclaré que « c’est la première ville que je visite où l'on ne peut lancer une brique sans fracasser un vitrail ».
  • Aujourd’hui en 1913 - Fondation du diocèse de Mont-Laurier. Mgr Ignace Bourget avait demandé au Vatican de créer un nouveau diocèse avec Bytown comme siège épiscopal. Le diocèse de Bytown-Ottawa est créé en 1847, dans la partie nord-ouest du diocèse de Montréal. En 1913, on redivise ce diocèse en deux pour former celui de Mont-Laurier, qui demeurera subordonné à celui de Montréal jusqu’en 1991.
  • Aujourd’hui en 1920 - Marie-Anne Houde, la tortionnaire d’Aurore Gagnon, est condamnée. Suivant l’avis du juge, les jurés rejettent la défense de la folie présentée par les avocats. La « marâtre » est condamnée à mort pour le meurtre de sa belle-fille. Finalement, sa peine sera commuée en emprisonnement à vie. Elle sera libérée pour raison de santé en 1935 et mourra en 1936.
  • Aujourd’hui en 1961 - Putsch des Généraux en Algérie. Les généraux à la retraite Challe, Zeller, Jouhaud et Salan et quelques colonels prennent le pouvoir à Alger afin de s'opposer à l'émancipation de l'Algérie. Mais ils ne parviennent pas à rallier l'armée d'Algérie et le président de Gaulle interdit à tous Français d'exécuter leurs ordres. Ils seront arrêtés et les partisans acharnés de l'Algérie française entreront dans l'OAS (Organisation de l'armée secrète), certains plus tard impliqués dans des tentatives d’assassinat contre de Gaulle.
  • Aujourd’hui en 1971 - Mort du président-dictateur haïtien François Duvalier, dit “Papa Doc”, auquel succèdera son fils Jean-Claude. Duvalier avait en 1961 réécrit la constitution et organisé une élection à candidat unique lui donnant 1,32 million de voix. Ainsi réélu, il s'était proclamé Président à vie en 1964. En 1966, il persuada le Vatican de le laisser nommer la hiérarchie catholique haïtienne, perpétuant un nationalisme noir et renforçant son emprise sur l'île. Il réanima également les traditions du vaudou, disant être lui-même un hougan. À la mort de John F. Kennedy, il prétendit que l'assassinat était la conséquence d'un sort jeté par lui.
  • Aujourd’hui en 1990 - Roch Voisine triomphe à Paris. Sa chanson Hélène est restée pendant deux mois au sommet du Top 50 en France. Il s'est déjà vendu 800,000 copies du 45-tours en France, alors que l'album s'est écoulé à 300,000 copies. La percée de Roch Voisine outre-Atlantique est décrite comme un phénomène très rare, même chez les chanteurs français.
  • Aujourd’hui en 2001 - La Marche des peuples à Québec. Entre 35,000 et 50,000 personnes ont participé dans l'ordre et dans la bonne humeur à la Marche des peuples samedi après-midi. Les trois centrales syndicales, FTQ, CSN et CSQ, ont nolisé 240 autobus qui ont transporté 12,000 personnes vers Québec. Cette manifestation se voulait pacifique ; plus de 1,000 membres du syndicat des Métallos de la FTQ assuraient le service de sécurité. Quelques participants ont été incommodés par les gaz lacrymogènes alors que le cortège passait près des manifestants massés près la porte Dufferin-Montmorency.
  • Aujourd’hui en 2001 - Sommet des Amériques à Québec. Des manifestants ont fait sentir leur présence durant une bonne partie de la nuit de vendredi à samedi au coin de l'autoroute Dufferin et de la Côte d'Abraham, à quelques mètres à peine du Palais des congrès. Des coktails molotov et des feux d'artifices ont été lancés en direction des policiers, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, incommodant des riverains jusqu’à des centaines de mètres. Près de 80 manifestants ont été arrêtés.
  • Aujourd’hui en 2012 - La Coalition Avenir-Québec (CAQ) en congrès de fondation à Victoriaville. S’adressant aux quelque 600 militants réunis, François Legault leur dit que leur seule présence est la plus belle démonstration de lutte au cynisme ambiant envers la classe politique.
  • Aujourd’hui en 1917 - Naissance de Gérard Thibault. Propriétaire d'un petit café à la veille de la guerre de 1939, il ouvre en 1948 le Chez Gérard Soda Fountain face à la gare de Québec et y agrémente les soirées avec un ensemble musical. En janvier 1949 , un visiteur offre de venir y chanter. C’est Charles Trenet, la vedette du jour en France. Suivront d’autres artistes français en tournée en Amérique, dont Édith Piaf et le duo Roche et Aznavour.
  • Aujourd’hui en 1919 - Naissance à Montréal de Roger Doucet. On se souvient de ce ténor pour son interprétation du Ô Canada de 1971 à sa mort lors des joutes de hockey au Forum de Montréal ; il remplit aussi cette fonction pour les joutes de football des Alouettes de Montréal à partir de 1974 et celles du club de baseball les Expos de Montréal à partir de 1977. Il avait précédemment fait carrière au cabaret et à la radio, étant du Théâtre lyrique Molson de Radio-Canada.
  • Aujourd’hui en 1927 - Naissance à Montréal de Robert Savoie, baryton-basse, chanteur d'opéra, puis administrateur dans le domaine des arts et professeur de chant. Son répertoire opératique comprend quelque cent rôles dans six langues. De souche acadienne, il est le frère aîné du pianiste André-Sébastien Savoie et oncle du baryton Gaétan Laperrière. Il décédera en 2007.

Nos sélections

  • Né à Québec, Alain Grandbois – La vie d’un de nos plus grands explorateurs, Louis Jolliet qui, avec le Père Marquette, en 1673, ‘’découvre» le Mississippi.
  • Les anciens Canadiens, Philippe Aubert de Gaspé – La guerre de la Conquête divise deux étudiants du Petit Séminaire de Québec, l’un canadien-français, l’autre écossais.
  • L’Appel de la race, Lionel Groulx – La loi fédérale sur l’abolition de l’enseignement en français en Ontario provoque une crise entre un député canadiens-français et son épouse anglaise.
  •  Le Roi de la Côte Nord, Yves Thériault – La vie extraordinaire de Napoléon-Alexandre Comeau, qui a vécu de 1848 à 1923. Un héros local aimé de tous, médecin autodidacte, fin connaisseur des langues indiennes, chasseur, pêcheur, aventurier, etc.
  •  Agaguk,Yves Thériault – Pour comprendre la mentalité ancestrale et les problèmes actuels des Inuits. L’action se déroule vers 1940, un peu avant l’arrivée massive des blancs dans le nord. Les habitants ont franchi 10,000 ans d’histoire en une génération.
  • Georges Farah Lajoie, le détective venu d’Orient, Yves Messier – L’histoire vécue de ce libanais, qui émigra vers 1920 à Montréal et devint le premier policier scientifique. Pour s’intégrer, il ajoute Lajoie à son nom qui est la traduction française de Farah. Il marie une québécoise et ils auront de nombreux enfants. Il est chargé d’enquêter dans les affaires de meurtres les plus louches de l’époque.
Le choix des membres
  • La grande Marie ou le luxe de sainteté, Carl Bergeron
  • Voir le monde avec un chapeau, Carl Bergeron
  • L’apostasie tranquille au Québec, Gilles Dandurand,
  • Histoire des deux nationalismes au Canada, Maurice Séguin
  • Trente arpents, Ringuet, La vraie campagne avant qu’elle ne s’évapore dans l’américanité.
  • Histoire du Canada, Lionel Groulx
  • Agakuk, Yves Thériault
  • Les Plouffe, Roger Lemelin
  • Égalité ou indépendance, Daniel Johnson
  • Jos connaissant, Victor Lévy-Beaulieu
  • La flore laurentienne, Frère Marie-Victorin
  • Jean Rivard, défricheur (suivi de Jean Rivard, économiste), Antoine Gérin-Lajoie
  • Iberville le Conquérant, Guy Frégault
  • Le 30 juillet 1609, à l’emplacement du futur fort Carillon, Champlain d’un coup d’arquebuse sème la déroute dans une troupe d’Iroquois venus confronter son détachement.

 

  • En avril 1755, les troupes de de Beaujeu renforcées de miliciens et de guerriers amérindiens tendent un embuscades aux troupes de Braddock venu tenter de reprendre le fort Duquesne. De Beaujeu y perd la vie mais les Britanniques sont décimés par les tirs précis des miliciens et de leurs alliés. Braddock mort, c’est la déroute. Un jeune colonel de 23 ans nommé George Washington organise la retraite.

 

  • La bataille du fort Carillon, au sud du lac Champlain, où le 8 juillet 1758 Montcalm avec 3,500 hommes vainquit l’armée d’Abercrombie forte de 15,000 soldats.

 

  • Le 28 avril 1760, Vaudreuil et Lévis venus de Montréal avec des troupes régulières, des miliciens et des guerriers amérindiens défont les soldats de Murray à Ste-Foy et amorcent le siège de Québec.

 

  • Bataille de St-Denis sur  Richelieu. Le 23 novembre 1837, les 200 miliciens dirigés par Wolfred Nelson mettent en déroute le  détachement de 300 soldats venus arrêter le chef des Patriotes Louis-Joseph Papineau sous la direction de Charles Gore.

 

  • Bataille du Moulin de Lacolle. Charles de Salaberry, à la tête de 530 hommes, profitant de la confusion créée par ses alliés amérindiens chez les 1,100 hommes du général Dearborn qui venaient d’occuper le fortin de Lacolle, met en déroute la force d’invasion américaine.

 

  • Caisse un
  • Caisse deux
  • Caisse trois
  • La fleur de lys
  • Le castor
  • La feuille d’érable
  • Le harphand
  • Le lys versicolore